passer en bio

Choisir l’agriculture biologique

La demande en produits bio progresse beaucoup plus vite que le nombre de producteurs bio. Des filières cherchent aujourd’hui des producteurs en lait, viande, volailles, maraichage… Le passage en bio est donc une démarche cohérente et sécurisée avec des débouchés pour de nombreux produits.

Mais il est avant tout essentiel de réfléchir à la cohérence de son projet et à son adéquation avec sa situation actuelle. Il importe aussi de se renseigner sur les débouchés existants et en développement

Engager une conversion en agriculture biologique entraine des répercussions sur l’ensemble du système de production et la démarche de conversion est un projet à ne pas négliger. Elle nécessite de murir son projet, de se confronter avec d’autres producteurs bio, de rencontrer des techniciens et des formateurs…

Il faut aussi tenir compte du fait qu’avant que les produits d’une ferme qui commence à être certifiée puissent être valorisés en AB, il existe une période transitoire dite de « conversion » pendant laquelle la ferme est menée selon les règles de la réglementation bio sans que ses produits puissent prétendre à la mention. Elle est généralement de 2 ans.

De la réflexion initiale à la consolidation de votre système bio, le GAB Vendée peut vous accompagner.

 

Le PASS BIO : un nouveau dispositif pour sécuriser le passage à la bio

plaquette pass bioLe Conseil régional des pays de la Loire a appuyé jusqu'en 2010 la conversion à l'agriculture biologique en cofinançant le dispositif MAE Conversion AB qui était insuffisamment pourvu en enveloppe par l'Europe et l'Etat pour répondre à la dynamique de conversion. En 2011, l'aide à la conversion a été transférée sur le 1er pilier de la PAC, financé à 100 % sur fonds européen. Le Conseil régional s'est ainsi trouvé en possibilité de repositionner des moyens sur d'autres dispositifs. C'est pourquoi la CAB a proposé la mise en œuvre du PASS BIO qui permet un accompagnement des porteurs de projet ou des producteurs récemment convertis en Bio.

Télécharger la plaquette

La conversion en agriculture biologique peut exiger de profondes modifications techniques, économiques, dans l'organisation du travail et dans la commercialisation. Les porteurs de projet doivent donc acquérir une vision claire des leviers à mettre en œuvre pour faire aboutir leur projet. Le dispositif PASS BIO apporte un appui financier pour réaliser un diagnostic ou une étude conversion, puis un suivi dans les cinq années suivantes.  

Niveau 1 : établir un diagnostic
Ce diagnostic doit permettre, dans une démarche auto-évaluative avec le soutien d'un technicien de : prendre du recul sur les modifications en profondeur que peut impliquer la conversion en agriculture biologique et donc la nécessité de rentrer dans une démarche d'élaboration de projet, d'acquérir les premières informations sur la réglementation Bio, les démarches administratives et les aides disponibles et ainsi d'aboutir à un plan de travail pour pallier aux besoins identifiés, avec des préconisations  pour la réussite du projet (formations, études plus approfondies, accompagnements techniques...).  

Niveau 2 : réaliser une étude prévisionnelle
Cette étude prévisionnelle vient dans la suite d'un diagnostic ou peut intégrer directement un diagnostic. Elle doit permettre d'appréhender sur une période de 5 ans : · Le dimensionnement technique et économique · Les conditions de valorisation de ses produits · Les changements et adaptations à réaliser  

Niveau 3 : souscrire un suivi post conversion
L'intégration au PASS BIO niveau 3 ne nécessite pas forcément d'avoir réalisé un diagnostic ou une étude prévisionnelle. Il peut être contractualisé jusqu'à 5 ans après la conversion. Ces suivis peuvent concerner : les pratiques agronomiques, les pratiques d'élevage, l'adaptation du système de production aux exigences des filières de commercialisation, le bilan global post conversion  

Les bénéficiaires peuvent être toutes personnes physiques ou morales qui exploitent une structure agricole dont le siège est situé en Pays de la Loire. Les personnes physiques doivent cependant être agriculteur à titre principal. Ces personnes peuvent être réunies sous forme sociétaire ou associative. Le projet de conversion doit concerner au moins 50 % de la superficie de l'exploitation.  

Une aide de 80% du Conseil régional
Ainsi, les porteurs de projet pourront avoir accès à ces accompagnements pour un coût net maximum de :
· 90 € HT pour un diagnostic
· 270 € HT pour une étude prévisionnelle
· 180 € HT pour une action de suivi  

Contacts pour réaliser un PASS BIO
Les GAB, le CIVAM bio 53 et la CAB vont demander des agréments de techniciens et animateurs pour réaliser des diagnostics, études et suivis post-conversion. La commission d'agrément ne s'est pas encore réunie, mais vous pouvez dès à présent contacter votre organisation Bio départementale pour préciser vos besoins et ce qui peut être mis en œuvre.

 

Les outils proposés par le réseau des producteurs bio de Vendée :

plaquette accompagnement conversion du GAB85

 

Les étapes de la conversion

1- L’approche technique et réglementaire 

Ces étapes peuvent être engagées lors d'un "diagnostic conversion" gratuit, que la technicienne du GAB réalise avec vous en visitant la ferme.

Des rencontres d'autres producteurs via les groupes d'échange ou des journées techniques, une formation conversion ou d'autres formations techniques peuvent compléter les informations dont vous avez besoin lors de la phase de réflexion sur le passage en bio.

 

2- Se notifier à l’Agence Bio

Agence BIO Notifications - 6 rue Lavoisier - 93100 MONTREUIL SOUS BOIS - Tél : 01 48 70 48 42 - courriel : contact@agencebio.org Site : http://www.agencebio.org/

 

3- Contacter un organisme certificateur

Pour que la conversion soit effective, le producteur doit s’engager auprès d’un des six organismes certificateurs agréés en France, qui enregistrera le début de la conversion et procédera à la 1ère visite de contrôle sur la ferme. Avant de choisir un organisme certificateur, demandez un devis à plusieurs d’entre eux, en précisant les modalités de calcul, les services proposés, leur implantation dans votre région…

 

4- Déposer un dossier de demande d’aide à la conversion avant le 15 mai

La demande d’aide à la conversion ne peut se faire qu’après s’être engagé auprès de l’OC et s’être notifié auprès de l’Agence Bio, mais cependant dans un délai inférieur à 1 an après le début de la conversion. Le montant des aides à la conversion va dépendre de la configuration de votre projet. Il s’agit d’aides à l’hectare dont les montants varient en fonction des productions.

Voir chapitre aide producteurs

Vous avez des questions? Vous souhaitez réaliser un diagnostic conversion?

Envoyez un mail au conseiller technique du GAB

 

 Un reportage sur le passage en bio en Vendée

 

 
Agriculture biologique : quel avenir ? (Vendée) par TVVendee