Soutien à la ferme de la Normandelière

Une des dernières fermes littorales de Vendée risque de disparaître engloutie par un projet de port de plaisance dans les terres. Elle répond pourtant à tous les nouveaux enjeux de l’agriculture du XXIème siècle: préservation de l’environnement avec la pratique du bio, valorisation de l’espace et outil d’aménagement du territoire, relocalisation de la production agricole, économie d’énergie avec la distribution par les circuits courts, qualité des produits plébiscité par les consommateurs, visite de ferme favorisant le lien social, le travail à échelle humaine.


Mobilisation pour la ferme de la Normandelière!

Cette ferme de 29 hectares pour 120 chèvres laitières pratique la transformation fromagère. Elle est très bien intégrée sur le territoire et a notamment développé un réseau de commercialisation local en vente directe qui lui vaut le soutien de nombreux consommateurs.

Les préjudices du projet sur la ferme seraient nombreux.

Le projet de port tel qu’il est aujourd’hui présenté privera la ferme de 18 ha de terres à bon potentiel, essentielles à la gestion du pâturage.
Il lui resterait dès lors 11 hectares de terrain moins productifs. L’exploitation serait donc fragilisée, car elle connaitrait des problèmes de rotation, de pâturage, serait incapable de maintenir le lien au sol (alimentation des animaux par les productions de la  ferme,…) etc.
Ils seraient donc rapidement confrontés à des problèmes de qualité des produits fromagers (part d’alimentation à l’herbe réduite), de viabilité
économique de la ferme (achat d’aliments bio très couteux ou diminution du cheptel…) et de gestion agronomique des sols (diminution des possibilités de rotations).


Les options qui s’offriraient désormais aux producteurs de la ferme seraient alors :
• L’arrêt de la production biologique, ce qui va à l’encontre de tous les objectifs nationaux et départementaux, mais aussi à l’encontre des objectifs personnels des producteurs
• Le déménagement de l’exploitation : cette option serait très préjudiciable car l’équilibre d’un système en bio s’atteint après plusieurs années et que le lieu actuel de la ferme est très adapté pour le développement de la vente directe
• Le Maire a parlé de restituer 19 hectares sur le site mais cette proposition n’a pas fait l’objet d’éléments écrits précis et correspond à des terres de remblais dont la qualité agronomique est plus que douteuse.

Pourtant, l’étude d’impact ne mentionne à aucun moment la ferme et les risques qu’elle encourre.

Le GAB a rédigé un courrier de soutien, vous pouvez à votre tour faire circuler cette information et écrire avant le 3 aout (voir procédures ci dessous).

Faites savoir aux commissaires enquêteur votre attachement à cette forme d’agriculture. Dénoncez l’absence de mention à la ferme de la  Normandelière sur l’étude d’impact. Si il y a beaucoup d’avis négatifs et de contres propositions, les commissaires enquêteurs (personne nommée par le préfet, tous hors département, qui prennent les avis de tous) sont obligés de le mentionner dans leur rapport.

3 façons de procéder:


-jeudi 21 juillet 2011 de 14h30 à 17h30
-mardi 26 juillet 2011 de 14h30 à 17h30
-vendredi 29 juillet 2011 de 9h00 à 12h00
-mercredi 3 août 2011 de 14h30 à 17h30

 

Pique nique du GAB sur la Ferme de la Normandelière le dimanche 11 septembre

Afin de se rencontrer dans un autre cadre que celui de réunions de travail, et de soutenir David Fromont et Nathalie Retail, le GAB oragnise son pique nique annuel à Brétignolles sur Mer, sur la ferme de la Normandelière
Réservez dès maintenant la date!