L'agriculture bio poursuit sa percée en France

mercredi 03 octobre 2012, Ouest france, Thomas Brégardis
 

 Le lait fait recette

Si la crise cisaille les budgets, le secteur du bio semble ¯ au moins pour l'instant ¯ échapper à cette ambiance morose. « Malgré une baisse de la consommation alimentaire de 1 %, celle des produits bio a augmenté de 5 % », observe élisabeth Mercier, directrice de l'Agence bio. Mieux, « pour la première fois, 100 % de la demande en lait et produits laitiers peut être couverte, même s'il reste quelques importations en zones frontalières ».

Attention, cependant, aux risques de dérapage. « Nous ne voulons pas connaître le problème de surproduction de 2004. Nous sommes une petite filière. Nous sommes une organisation transversale de producteurs pour maitriser la production, bien que nous appartenions à des entreprises aux stratégies différentes. Le marché du lait biologique arrive à maturité au moment où nous approchons de la fin des quotas laitiers. Plusieurs mécanismes, comme la fin des pénalités individuelles en cas dépassement, nous rendent d'autant plus vigilants, à ne laisser aucun producteur au bord de la route », analyse le Mayennais Eric Guihery, secrétaire de l'association des producteurs de lait biologique Seine-Loire, livreur de lait bio à Lactalis.

Cette association envisage de créer une organisation de producteurs (OP) transversale à l'échelle du Nord-Ouest (Bretagne, Basse et Haute-Normandie, Pays de la Loire et Picardie) pour fédérer les éleveurs livrant aux laiteries privées de ces régions. Un travail mené en concertation mené avec Biolait.

Les autres chiffres du bio

Sur le vin, les surfaces de vignes ont été multipliées par douze en seize ans, passant de 4 850 hectares à plus de 62 000. Le vignoble bio représente désormais 7,4 % des surfaces alors que, depuis le 1er août, une nouvelle réglementation européenne autorise désormais l'appellation vin bio. Malgré cette progression, la France ne tiendra pas les objectifs fixés par le Grenelle (6 % en 2012 et 20 % en 2020). L'agriculture bio occupe moins de 4 % des surfaces. Elle représente 57 000 emplois (7 % de la main d'oeuvre) sur 24 000 exploitations.