Les chiffres 2016 de la bio

L’Agence BIO a publié le 23 mai les chiffres consolidés de la filière en 2016 (dossier de presse complet ICI).

Production

L’année 2016 dans la continuité du fort dynamisme de 2015 :

Toutes les filières bio sont concernées par la hausse des conversions. Les secteurs les plus dynamiques sont ceux des grandes cultures (augmentation des surfaces bio de 20 % en 2016) et de l’élevage de ruminants : bovins lait (hausse de 17 % du cheptel, soit + 19 330 vaches laitières) ; bovins allaitants (hausse de 15 % du cheptel) ; ovin laitier (hausse de 23 % du cheptel)

Au total, la bio est mieux représentée dans les cultures pérennes : 17 % des surfaces plantées de vergers et plus de 9% des surfaces de vignes sont conduites en bio.

Consommation

En 2016, la valeur des achats de produits alimentaires issus de l’agriculture biologique a été estimée à 7,147 milliards d’euros :

La distribution spécialisée reste le circuit le plus dynamique en termes de croissance des ventes. La GMS, elle, est 1ère en termes de parts de marchés (45%).

Enfin 71 % des produits consommés en France sont produits en France. La moitié des importations concernent des produits dits "exotiques".

Focus sur l’emploi dans les filières bio

Les fermes biologiques emploient en moyenne 2,41 unités de travail annuel (UTA) pour 1,52 UTA dans le conventionnel. Les écarts les plus importants observés sont dans la viticulture et l’arboriculture. Fin 2016, l’agriculture biologique en France représentait 118 000 emplois directs.