Pesticides dans les eaux douces. Une contamination quasiment généralisée en France

 

Une étude du CGDD (Commissariat général au développement durable), rendue publique le 24 juillet 2013, affirme que la contamination des cours d’eau français par les pesticides « est quasiment généralisée », essentiellement par des herbicides. Les secteurs aux teneurs les plus fortes correspondent aux zones de cultures céréalières, maraîchères ou viticoles : nord de la France, bassin parisien, Sud-Ouest, amont du Rhône, Martinique.

Seuls 7% des points de mesure en sont exempts, « des zones ou l’agriculture est peu présente ou peu intensive », note l’étude.

En 2011, dans les cours d’eau, sur 176 secteurs analysées, 63 présentent une concentration moyenne supérieure à 0,5 µg/l (microgramme par litre), dont quatre dépassent les 2 µg/l.

Certaines zones du Sud-ouest, du bassin parisien et du nord de la France présentent des points de mesure supérieurs à 5 µg/l, norme au-dessus de laquelle l’eau est impropre à la consommation selon la DCE (directive cadre sur l’Eau).

Les eaux souterraines sont quant à elles touchées dans une moindre mesure par les pesticides, puisque seules 4 sur les 176 nappes métropolitaines présentaient en 2011 une concentration en pesticides supérieure à 0,5 µg/l (à noter que 12% des nappes n’ont pas l’objet de mesures en 2011).

Retrouver l’étude sur : www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr