AGRICULTURE BIO : STOP AUX RESTRICTIONS BUDGÉTAIRES !

La bio représente 5,7% des surfaces agricoles françaises mais ne bénéficie que de 2% des aides européennes… et le gouvernement trouve ça encore trop !!!

Voilà plus de 6 mois que le réseau FNAB est mobilisé avec ses partenaires pour que le ministère de l'agriculture se positionne sur un transfert budgétaire ambitieux entre le 1er et le 2ème pilier de la PAC, afin d'assurer les aides conversions et Paiements pour Services Environnementaux (maintien) pour les années 2017 à 2020.

En plein cœur de l’été (période faste en décisions impopulaires !) le Ministre de l’Agriculture pourrait limiter les aides à la conversion et au maintien des agriculteurs biologiques. En totale incohérence avec les objectifs affichés au lancement des Etats généraux de l’alimentation il y a moins d’une semaine (!), le ministre semble prêt à donner un véritable coup de frein à la dynamique qui porte depuis près de 2 ans les conversions en bio.

L’agriculture biologique connaît pourtant un véritable engouement. Pas moins de 21 fermes se convertissent à la bio chaque semaine. Les ventes de produits issus de l’agriculture biologique ont bondi de 20% en 2016 et les surfaces agricoles passées en bio de 16%.

2% des aides pour 5,7% des surfaces…!

L’enveloppe budgétaire consacrée à l’aide à la conversion et au maintien est pourtant notoirement insuffisante. La raison en est simple : elle a été fixée à 90 millions d’euros en 2012 (portée progressivement à 160 millions d’euros) et n’a pas suivi la dynamique de conversion. Résultat : les caisses sont vides et les paysans qui ont pris la risque de se convertir à la bio attendent les aides promises… en 2015 !!!

Ces 160 millions d’euros ne représentent qu’à peine 2% des aides européennes versées par l’Europe à l’agriculture française (7,44 milliards d’euros), alors que la bio représente 5,7% de la surface agricole utile. A peine 2% et pourtant, c’est encore trop pour le syndicat majoritaire qui réclame l’arrêt d’une partie du versement des aides à la bio. Demande inacceptable mais qui semble rencontrer une écoute attentive du ministre de l’agriculture.

D’ici au 1er août 2017, le ministre va prendre une décision qui risque d’être défavorable à la bio française. Cette décision enverrait un signal négatif au monde agricole et risque de ralentir le nombre d’agriculteurs prêts à s’engager dans une transition écologique. Il y a pourtant urgence !

La présidente de la FNAB a été reçue le 26 juillet matin par le ministre et a pu réaffirmer très fermement nos positions. Elle a ainsi pu rappeler la nécessité d'un transfert de 3 % pour la bio et demandé le changement de nom « aides maintien » par « paiements pour services environnementaux » en prévision de la nouvelle PAC. Elle a également pu redire que selon ses choix, son arbitrage serait considéré comme un acte politique en faveur de l'intérêt général et des citoyens et un signal positif pour la transition agricole et les EGA ou comme un soutien au corporatisme agricole et à l'immobilisme.

Nous exigeons qu’au moins 3% des aides européennes versées à l’agriculture française soit réservées immédiatement aux aides à la bio.

Interpellez le ministre de l’agriculture maintenant en signant la pétition initiée par Agir pour l’Environnement et soutenue par la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique !

Communiqué de presse de la FNAB et de ses partenaires

SIGNER LA PETITION

LA PRESSE EN PARLE :