223 fois moins de résidus de pesticides en moyenne dans les aliments bios d'une journée selon nos analyses !

Rappel: une première étude sur un repas type d'un enfant de 10 ans

Entre juillet et septembre 2010, Générations Futures avait acheté dans divers supermarchés de l’Oise et à Paris, des aliments non bios composant les repas types d’une journée d’un enfant d’une dizaine d’années. Nous avions alors composé 4 repas et un encas. Génération Futures a fait rechercher diverses substances chimiques par plusieurs laboratoires accrédités. Les résultats de cette première enquête, publiée en décembre 2010, montraient qu’en 24h, un enfant était susceptible d’être exposé, uniquement par son alimentation, à des dizaines de molécules chimiques soupçonnées d’être cancérigènes ou encore soupçonnées d’être des perturbateurs endocriniens !
Avaient été alors trouvés :

 

Les suites : Acte 2, comparaison avec le contenu d'un panier bio

Suite à la parution de cette enquête et aux résultats obtenus, nombreuses sont les personnes qui ont souhaité savoir si il y avait une réelle différence entre les menus non bio étudiés et des repas composés avec des aliments issus de l’agriculture biologique.
Générations Futures est donc parti en quête de la réponse, en se concentrant sur les résidus de pesticides et a acheté ses produits de la même manière que lors de la première étude c’est-à-dire en achetant, des aliments bio chez divers distributeurs (magasins spécialisés en bio et grandes surfaces) et en suivant un protocole stricte de collecte (photos des lieux et denrées, référencement précis des échantillons, conservation de toutes les preuves d’achat etc.).

Les résultats:

• 0 résidu de pesticides dans les fruits et légumes bios contre 37 dans le conventionnel (ce qui représente 27 molécules différentes)
• 1 molécule en résidu de synergisant dans 2 échantillons de pain à des doses très faibles en bio.
• Il ya 223 fois moins de résidus de pesticides en moyenne dans les aliments bios que dans les aliments conventionnels
• 17 résidus de pesticides suspectés d’être cancérigènes ou perturbateurs endocriniens dans les produits non bio contre 1 seul détecté en bio.

« Ces éléments montrent clairement que la non présence de résidus de pesticides dans les aliments bio garantit le consommateur des risques éventuels dus à la présence de nombreux résidus de pesticides dans les aliments conventionnels dont certains sont suspectés d’être cancérigènes ou pouvant perturber le système endocrinien.» déclare François Veillerette, Porte parole de Générations Fututures.

Télécharger l'étude complète