Pesticides: Greenpeace publie un plaidoyer en faveur de l'agriculture biologique

L'ONG Greenpeace International plaide en faveur de l'interdiction progressive des pesticides chimiques de synthèse et de la généralisation des pratiques agroécologiques, en conclusion d'un rapport publié mardi résumant les conséquences sur la santé de l'exposition aux pesticides.


"Les conclusions sont claires: personne n'échappe à l'exposition aux pesticides, mais les agriculteurs et leurs familles font partie des populations les plus exposées à des risques de pathologies graves", écrit l'organisation dans un communiqué.

Le 12 mai, l’ONG Greenpeace a lancé sa campagne européenne et sa déclinaison française avec d’un côté les scandales recensés et de l’autre les engagements des citoyens (tous ou presque liés à la bio).
 

Les agriculteurs et leurs familles parmi les plus touchés

 "Il est honteux que ceux qui nous nourrissent souffrent autant de l'usage intensif des pesticides", juge Suzanne Dalle de Greenpeace France, en appelant à "désintoxiquer notre modèle agricole" et "à donner les moyens aux agriculteurs de mettre en place des alternatives".

Dans son rapport intitulé "Santé: les pesticides sèment le trouble", l'ONG revient sur le constat déjà effectué par des instituts de recherche, et notamment l'Institut français de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dans une vaste expertise publiée en 2013.
"L'exposition à certains pesticides représente un facteur de risque supplémentaire non négligeable de contracter de nombreuses maladies chroniques, y compris différentes formes de cancers et de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et celle d'Alzheimer, et de développer des malformations congénitales", rappelle le rapport.
"Il existe également un solide faisceau de preuves selon lesquelles l'exposition aux pesticides serait associée à l'affaiblissement du système immunitaire et à des déséquilibres hormonaux", souligne l'ONG selon laquelle "les associations statistiques entre l'exposition à certains pesticides et l'incidence de certaines maladies sont irréfutables et ne doivent pas être ignorées".
En plus des agriculteurs, le rapport met l'accent sur l'impact sur les foetus, lorsque les femmes enceintes sont exposées, et les jeunes enfants, plus vulnérables.
Parmi les effets possibles enregistrés sur les enfants exposés figurent un poids et une taille réduits, un quotient intellectuel plus faible, des modifications de comportement, des leucémies plus fréquentes. Les femmes exposées sont plus sujettes aux fausses couches.
"Les stratégies impliquant une simple réduction de l'utilisation de certains pesticides ne suffiront pas pour protéger la santé humaine", conclut l'ONG en plaidant pour un passage à "une agriculture écologique".

Aider les agriculteurs à mettre en place des alternatives

Nous subissons au quotidien une exposition à un cocktail toxique de pesticides de synthèse.
Il existe pourtant des solutions ! Il faut métamorphoser notre modèle agricole actuel, et passer à l’agriculture écologique. Elle est la seule à pouvoir produire une alimentation saine pour aujourd’hui et les générations à venir. Il est donc nécessaire d’aider les agriculteurs à mettre en place ces solutions alternatives aux pesticides chimiques.

Greenpeace demande au gouvernement français et à l’Union européenne d’interdire progressivement l’utilisation des pesticides chimiques de synthèse (en commençant en priorité par les plus dangereux) et de réorienter les dépenses publiques liées à la recherche et à l’accompagnement des agriculteurs afin de favoriser des pratiques agro-écologiques.

Même si le défi parait être de taille, il est très loin d’être impossible à relever ! Ensemble, nous pouvons former un contre-pouvoir qui fera enfin pencher la balance en faveur d’ une agriculture écologique.


A vous d’agir ! Rejoignez le mouvement européen pour une alimentation plus saine !